Des nouvelles du Searchlight General Electric géré par AWM

Fin Juin 1944, au milieu de millions de tonnes de matériels d’une incroyable diversité, arrivaient sur les plages de Normandie des projecteurs de DCA gérés par l’AAA (Anti Aircraft Artillery) Américaine. Ces énormes projecteurs avaient pour première mission la tache d’éclairer les avions ennemis afin d’ajuster les tirs de DCA.

Searchlight AWM

D’une très grande puissance d’éclairage (plus de 12 000 watts), ces projecteurs étaient pour l’époque des machines de haute technologie. Télécommandés par une tourelle déportée, leurs coût unitaire avec le générateur électrique était de 60 000 $. En comparaison, un Piper, l’avion de reconnaissance des divisions d’artillerie coûtait 2500 $ !!!

Ces projecteurs étaient exploités par des équipes spécialisées de 3 à 4 soldats par machines, les « Skylighters ». Ils furent ainsi baptisés par les pilotes alliés, car ces longs faisceaux lumineux (The Long White Fingers) permirent à de nombreux pilotes en vol de nuit et à court de carburant, de pouvoir se poser sans encombres sur des pistes de fortune, en pleine campagne. Ces Skylighters ont aussi éclairés les passerelles des ports artificiels d’Arromanches, déterminés la hauteur des nuages par une habile formule mathématique en croisant leurs faisceaux…

Les utilisations des Searchlight étaient aussi diverses et variés que possible, si bien qu’à la fin de la guerre, certains d’entres eux ont illuminés la Tour Eiffel en Mai 1945.

Le radar ayant été mis au point à la fin de la Guerre, la grande majorité de ces machines devenues inutiles seront détruites. La présence de centaines de kilos de cuivre ferons la joie des ferrailleurs. Certains on survécus…

Fin d’année 2018, nous sommes contactés par une société organisatrice des principaux défilés de haute couture Française. Le Searchlight à « tapé dans l’œil » d’un créateur Américain. Le rendez vous est pris, l’équipe nous attends dans les locaux d’un grand prestataire scénique des défilés Parisiens.

Moment de rencontre et d’échange dans les immenses locaux de cette société européenne de prestations scéniques en banlieue parisienne. Cet ancêtre de l’éclairage a suscité bien des questions au sein de ces 300 jeunes employés, découvrant tout à coup que les rébarbatifs cours d’histoire du collège, prenaient ici un tout autre sens. Ou comment la seconde guerre mondiale pouvait aussi parler de technique d’éclairage, ou de nombreux éléments sont toujours utilisés aujourd’hui !!!

Après ces discussions toutes plus intéressantes les unes que les autres, l’équipe des « Skylighters » AWM participe activement au montage de la maquette, que le créateur viendra découvrir en fin de journée. Le Searchlight va être suspendu à plus de 5 mètres de haut !!! Inhabituel mais tout à fait faisable. 4 heures de travail seront nécessaire aux équipes techniques, en prenant toutes les attentions envers la vieille machine.

En fin  de journée la pression monte !!! La position inhabituel du projecteur crée quelques problème lors de l’allumage de la lampe. Toute l’équipe s’affaire dans un calme incroyablement serein,  le créateur et son équipe arrive bientôt, un peu de brouillard dans l’air pour matérialiser le faisceau et tout le monde espère que l’effet sera là !!!

Le Staff arrive sur place et la magie opère une fois de plus. Les dimensions hors normes du Searchlight impressionnent. Les courbes rondes de la structure, les câbles, le logo Général Electric au dos du réflecteur prend toute sa dimension, tout est sujet au questionnement. L’équipe nous remercie d’avoir transporté le projecteur à Paris, nous retournons le remerciement car voir cette vieille machine revivre et intéresser autant de monde nous émerveille.

L’affaire est lancée !!! Le searchlight sera bien la pièce maîtresse du défilé au Palais de Tokyo lors de la Fashion Week le 17 Janvier prochain, à 500 mètres de la Tour Eiffel… 75 ans après la victoire de mai 1945 !!!

Surveillez attentivement la page événements ainsi que notre page Facebook Cliquez ici

Partagez nos aventures !


Comments are closed.